Sur les ailes des abeilles, les abeilles au cƓur de la biodiversitĂ© en AmĂ©rique latine

 

      L'aventure proposĂ©e par l’association Altazalo

 

 

Résumé de l'action


« Sur les ailes des abeilles, les abeilles au cƓur de la biodiversitĂ© en AmĂ©rique Latine» est un projet intĂ©grant de multiples moyens d’action ayant comme fil conducteur la rencontre des apiculteurs entre l’Europe et l’AmĂ©rique Latine, de la Guyane, au BrĂ©sil, jusqu’en Bolivie. Ce projet nous invite Ă  la dĂ©couverte de la diversitĂ© biologique, culturelle et des pratiques liĂ©es Ă  l’apiculture. Cet itinĂ©raire, au travers des langues et des cultures, fera l’objet d’une rĂ©flexion commune sur les techniques d’apiculture plus durables et respectueuses des abeilles et de leur environnement qui peuvent ĂȘtre mise en place sur Montpellier et ses alentours. Nous souhaitons, grĂące Ă  des Ă©missions radio en occitan et en crĂ©ole rĂ©alisĂ©es dans des radios locales associatives, socialiser les langues minorisĂ©es tant en Guyane qu’en mĂ©tropole. De plus, les participants rĂ©aliseront un reportage radiophonique et une exposition grĂące au matĂ©riel photographique et sonore rapportĂ© du terrain. La traversĂ©e de la Guyane Ă  la Bolivie durera 4 mois, de dĂ©cembre 2013 Ă  Mars 2014, et de retour en France, diffĂ©rentes activitĂ©s se dĂ©rouleront Ă  Montpellier et dans l’HĂ©rault, entre avril et juin 2014. L’objectif est de sensibiliser les jeunes au respect de l’environnement et Ă  la diversitĂ© culturelle grĂące Ă  des interventions pĂ©dagogiques en milieu scolaire, dans le centre social de Grabels, ainsi que dans la Calandreta dau Clapas et Ă  la Maison des jeunes de la ville de Montpellier. La crĂ©ation d’un site internet rendra cette exposition accessible Ă  tous et permettra de continuer les Ă©changes avec la Guyane. Les jeunes doivent se construire avec des valeurs profondĂ©ment enracinĂ©es, tout Ă  la fois ouvertes sur les diversitĂ©s culturelles et la dimension mondiale de notre rĂ©alitĂ© Ă©cologique. Les abeilles peuvent ĂȘtre ce vecteur commun qui nous unit.



Dossier Ă  tĂ©lĂ©charger

Dossier à télécharger

 

-dossier sur les ailes des abeilles-

En détail...

La biodiversitĂ© relĂšve tout autant du domaine du biologique, de la culture et du sensible. Ainsi, au-delĂ  de constats sur la richesse spĂ©cifique de la faune et de la flore, c’est Ă©galement Ă  l’homme que renvoie le concept de biodiversitĂ© (diversitĂ© de cultures, de langues, de pratiques
). L’homme qui en dĂ©pend, pour un dĂ©veloppement durable de ses sociĂ©tĂ©s, la protĂšge dans certains cas, alors que paradoxalement dans d’autres cas mĂšne des actions qui l’érodent drastiquement. Un des acteurs essentiel de ceztte biodiversitĂ© sont les abeilles ; elles sont essentielles Ă  la biodiversitĂ© des forĂȘts mais aussi par extension, Ă  l’agriculture. L’homme et les abeilles ont une histoire commune. En AmĂ©rique Latine, par exemple, la cueillette du miel de mĂ©lipone (abeille sauvage sans dard) par les amĂ©rindiens existe depuis toujours. Au 20Ăšme siĂšcle les abeilles « normales Â» d’Europe et d’Afrique ont Ă©tĂ© introduite ce qui a permis d’augmenter la production de miel. Actuellement, la mĂ©liponiculture (la culture des mĂ©lipones en ruche) se dĂ©veloppe en Guyane et au BrĂ©sil, le miel Ă©tant plus apprĂ©ciĂ© mais produit en moindre quantitĂ©. De plus, les multiples rĂ©gions d’AmĂ©rique Latine font face Ă  des problĂ©matiques diffĂ©rentes (propagation des abeilles tueuses/abeilles africaines, diffusion des maladies (varroa, loque amĂ©ricaine, fausse teigne
), attaques du frelon asiatique mangeur d’abeille
) auxquelles elles rĂ©pondent en mettant en Ɠuvre des pratiques adaptĂ©es, des expĂ©riences, et en Ă©changeant entre apiculteurs, chercheurs et associations.

Dans ce projet, nous nous attachons Ă  faire dĂ©couvrir ce domaine peu connu qu’est l’apiculture, ainsi que l’étendue de la diversitĂ© biologique, culturelle et des pratiques liĂ©es Ă  cette activitĂ©. Ce voyage, au travers des langues et des cultures, fera l’objet pour nous d’un apprentissage non formel aux diffĂ©rentes techniques d’apiculture plus durables et respectueuses des abeilles et de leur environnement. Ces connaissances nous permettront de sensibiliser au respect de l’environnement pendant et aprĂšs le projet grĂące Ă  des Ă©missions radio, un reportage radiophonique, une exposition photo et sonore, ainsi qu’un site internet.




Objectifs du projet 

  

Le projet «Les abeilles au cƓur de la biodiversitĂ© en AmĂ©rique latine Â»  a pour but de :


◌ Rencontrer des apiculteurs d’AmĂ©rique tropicale, depuis la Guyane, en passant par le BrĂ©sil et jusqu’en  Bolivie, et faire partager cette expĂ©rience Ă  notre retour Ă  Montpellier et dans l’HĂ©rault avec le grand public et au sein de notre rĂ©seau d’apiculteur.


◌ AccĂ©der Ă  une formation non-formelle en apprenant diverses techniques en apiculture auprĂšs de nombreux apiculteurs.


           ◌ Sensibiliser un large public et les scolaires Ă  l’environnement avec comme point d’entrĂ©e : l’apiculture Ă©cologique, par l’enregistrement d’émissions de radio dans diffĂ©rentes langues et la rĂ©alisation d’un reportage radiophonique. A notre retour nous mettrons en place une exposition photographique et audio qui mettra en exergue la palette des pratiques apiculturales Ă©cologiques faites en milieu tropical. Ces deux supports permettront de mener une rĂ©flexion commune sur la maniĂšre de faire de l’apiculture Ă©cologique aujourd’hui.




Principales Ă©tapes du projet, contexte, dates, lieux de rĂ©alisation et partenariat 

 

 

AVANT

Nous avons mis en place ce projet avec l’aide en amont de l’association « Un arbre pour demain Â» localisĂ©e en CĂŽte d’Armor et en Corse, qui soutient les agroforĂȘts familiales des pays du Sud Ă  travers la mise en place de pĂ©piniĂšres. Son directeur Samuel PĂ©richon, spĂ©cialiste en apiculture, a effectuĂ© un voyage au BrĂ©sil en Juillet 2013 oĂč il a pu rencontrer des associations dans le domaine de la mĂ©liponiculture et participĂ© Ă  un congrĂšs prĂšs de Porto-Alegre sur la mĂ©liponiculture et l’apiculture. Elise Grenon a eu la possibilitĂ© de travailler Ă  ses cĂŽtĂ©s lors d’un voyage au Vietnam et pense avoir attrapĂ© le virus de l’apiculture. 


PENDANT

            La traversĂ©e de la Guyane Ă  la Bolivie durera 4 mois, de dĂ©cembre 2013 Ă  Mars 2014 pour ĂȘtre de retour en France aux beaux jours et lors du rĂ©veil des abeilles : en avril ! Tous les trajets en AmĂ©rique Latine se feront en bateau, en voiture ou en bus, pour nous donner le temps de changer d’environnement et de rencontrer les gens sur la route. Cet itinĂ©raire permettra de traverser trois « hots spots Â» de biodiversitĂ© mais aussi trois contextes socio-Ă©conomiques diffĂ©rents.

 

 En Guyane la problĂ©matique majeure dans le domaine de l’apiculture est le dĂ©veloppement de la mĂ©liponiculture encore mal connu, c'est-Ă -dire la culture de mĂ©lipones (espĂšces d'abeilles sauvages sans dard) qui accompagne la production d'Apis melifera, l’abeille europĂ©enne ; mais aussi d’amener l’apiculture vers une gestion durable des ressources naturelles et la valorisation de leurs produits sur des marchĂ©s rĂ©munĂ©rateurs, comme le commerce Ă©quitable ou les filiĂšres de qualitĂ©. Cette Ă©tape durera deux semaines, le temps d’aller Ă  la rencontre des apiculteurs comme des mĂ©liponiculteurs, grĂące Ă  l’aide de l’Association des Apiculteurs de Guyane, et aux contacts de Jean-Philippe Champenois du Parc Naturel RĂ©gional de Guyane (PNRG). A la suite de ces rencontres, seront produites des Ă©missions radio diffusĂ©es en Guyane et sur les ondes de radio « Lenga d’Oc Â».


Durant le mois suivant, la remontĂ©e du fleuve Amazone nous mĂšnera Ă  travers le nord du BrĂ©sil de Macapa en passant par Manaus, jusqu’en Bolivie. A Manaus, la plus grande ville sur le fleuve, la visite du laboratoire de l’Instituto Nacional de Pesquisas da Amazonia (INPA) nous conduira Ă  comprendre les enjeux de la mĂ©liponiculture et de l’apiculture aujourd’hui. Enfin l’association « Cria do mel Â» permettra de nous mettre en contact avec les apiculteurs sur notre chemin.


Puis nous sĂ©journerons deux mois et demi en Bolivie. La Bolivie est le deuxiĂšme pays dont le revenu par habitant est le plus faible de l'AmĂ©rique Latine. Pourtant l'agriculture emploie prĂšs de la moitiĂ© de la population active, mais la productivitĂ© reste trĂšs faible. La mise en place de ruches dans de petites exploitations favoriserait la pollinisation mais apporterait aussi un complĂ©ment de revenu aux agriculteurs. L’enjeu aujourd’hui est d’ĂȘtre associĂ©, avec l’association, au lancement d’une apiculture Ă©cologique familiale pour sauvegarder la biodiversitĂ© et assurer la sĂ©curitĂ© alimentaire des familles. Pour cela nous proposeront des discussions sur le thĂšme de l’apiculture Ă©cologique, en prĂ©sentant par exemple le fonctionnement des ruches Ă©cologiques « WarrĂ© Â». Sur place nous irons Ă  la rencontre de diverses associations agissant dans des milieux trĂšs diffĂ©rents de l’altiplano, aux vallĂ©es inter-andines, jusqu’aux basses terres : AsociaciĂłn Nacional de Productores ApĂ­colas de Bolivia (Anproabol), AsociaciĂłn de Apicultores de la Cuenca Alta del rĂ­o PiraĂ­  (ASACAPI) en Bella Vista, Apicultores del Huaico (Salta, Province de Tarija) et l’ AsociaciĂłn de Apicultores de Mizque (Cochabamba), entre autres. En parallĂšle des Ă©missions radio seront produites dans les studios de radios associatives, dite radios « communautaires Â», sur le thĂšme de l’apiculture, de l’échange entres les cultures et les langues autochtones de Bolivie et l’Occitan, celles-ci seront diffusĂ©es Ă  Montpellier sur les ondes de radio « Lenga d’Oc Â» (95.4 FM).



APRES

Au retour de cette traversĂ©e une exposition photo et sonore sera prĂ©sentĂ©e entre Avril et Juin 2014. Les photos exposĂ©es seront accompagnĂ©es de sons d’ambiances, de musiques et d’explications dans 7 langues diffĂ©rentes : français, espagnol, portugais, mais aussi occitan, crĂ©ole guyanais, guarani, et quechua ; au moyen de lecteur mp3. Tout au long de notre parcours les rencontres et les discussions se feront dans diffĂ©rentes langues, de fait il nous semble primordial de faire partager cette richesse Ă  notre retour. Ainsi, pour l’exposition et le site web, il a Ă©tĂ© jugĂ© intĂ©ressant de mettre Ă  profit ces connaissances linguistiques pour valoriser la diversitĂ© culturelle autour d’une mĂȘme pratique.

            Les lieux susceptibles d’accueillir cette exposition sont : les maisons pour tous, les bibliothĂšques, les mĂ©diathĂšques, et les centres sociaux culturels de l’HĂ©rault et de l’agglomĂ©ration de Montpellier. De plus, des interventions de sensibilisation Ă  l’environnement en milieux scolaire seront prĂ©sentĂ©es dans des Ă©coles associatives Calandretas (Ă©cole d’immersion linguistique en occitan), dans des Ă©coles publiques et Ă  l’écolothĂšque. Pour que cette exposition soit accessible au plus grand nombre, en France comme en Bolivie ou au BrĂ©sil, celle-ci sera publiĂ©e sur internet via un blog en quadrilingue. Enfin un reportage radiophonique sur notre parcours sera montĂ© grĂące Ă  un partenariat avec la radio associative : Radio « Lenga d’Oc Â» qui mettra Ă  disposition le studio et le matĂ©riel ainsi qu’un technicien pour le montage durant une semaine. Radio « Lenga d’Oc Â» s’est aussi engagĂ©e Ă  diffuser ce reportage sur ses ondes.




Comment rĂ©alisons-nous ce projet ?


Ce projet sera possible grĂące Ă  la mise en place de multiples contacts et outils.


Acquis et connaissances :

à菠   notions en apiculture Ă©cologique

à菠   connaissance des rĂ©gions et de leurs Ă©cosystĂšmes

à菠   connaissance des langues


Partenariat :

         ïż«    Aide au lancement de projet : « Un Arbre pour demain Â»

         ïż«    Accueil par les associations d’apiculteurs au fil de la route

       ïż«   Association « Son e resson Â», Radio « Lenga d’Oc Â» et les radios associatives d’AmĂ©rique Latine

         ïż«    Centre social de Grabels (contact Dominique Bothorel)

         ïż«    Ecole clandreta Candola (contact olivier Grolleau)

         ïż«    Ecole calandreta dau Clapas et Candola (contact Catherine Bourgogne)

         ïż«    EcolothĂšque (contact Vincent Larbey)


Soutiens et financements :

            Apports personnels et souscription par mail.

            Contacts et renseignements pour contribution financiĂšre (en cours) auprĂšs de diffĂ©rents organismes :

                      ◌     Cap jeune du Conseil GĂ©nĂ©ral de l'HĂ©rault

                      ◌      La bourse initiative jeune de la ville de Montpellier